Société Nationale des Québécois

 MAISON SIGNORI

 La Société nationale Richelieu-Saint-Laurent est situé au 219, rue Jacques-Cartier Nord, à Saint-Jean-sur-Richelieu depuis janvier 1991. Cette bâtisse, construite en 1890, fut résidence familiale jusqu’en 1988 où elle devient entièrement résidence commerciale. Située dans le centre-ville de Saint-Jean-sur-Richelieu, elle est considérée comme faisant partie du patrimoine municipal.

La demeure a subi peu de modifications extérieures. Cependant, on sait que du côté nord, une maison à pignons de style québécois y était rattachée. À l’intérieur, les boiseries ainsi que les portes ont été conservées ainsi que l’escalier avec sa magnifique rampe en bois ouvragé et son poteau du bas avec le dessus concave qui devait servir à y déposer les clefs des « chambreurs ».

La maison Signori a été retenue dans l’inventaire du patrimoine bâti que la firme Patri-Arch a établi pour la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. Voici en quels termes elle la décrit : « La propriété possède une bonne valeur patrimoniale qui tient à ses qualités formelles. Il s’agit d’un bon exemple de rationalisme de facture ornementée qui comporte plusieurs éléments rarissimes dans le secteur de Saint-Jean, comme la fausse mansarde et les pilastres percés de meurtrières. De plus, elle conserve une excellente intégrité formelle ».

La Société nationale des Québécois Richelieu-Saint-Laurent est heureuse de contribuer à conserver et à mettre en valeur une bâtisse patrimoniale. Lors de son acquisition, le conseil d’administration de l’époque lui a donné le nom de Maison Signori.

Pourquoi avoir donné ce nom ? L’édifice porte le nom de Maison Signori en souvenir de l’implication de M. Gustave Signori et de son épouse, MmeMarie-Anne Pelchat. La Société nationale des Québécois Richelieu-Saint-Laurent a voulu rendre hommage à ce couple qui eut 17 enfants et fut très impliqué, tant dans la vie paroissiale, communautaire et politique de la ville de Saint-Jean-sur-Richelieu que dans la SNQ. Nous retrouvons dans le petit journal de la Société, «Le Trait d’union» à cette époque, la raison ainsi exprimée: « Pour honorer et perpétuer la mémoire d’un couple extraordinaire pour lequel personne n’a encore pensé nommer une rue, un parc ou un édifice dans notre ville. Gustave et Marie-Anne Signori ont bien mérité cet hommage. La vie, les œuvres, l’exemple de ces deux êtres sont tellement remplis. » Les deux sont très présents dans la vie communautaire, sociale, politique et paroissiale de Saint-Jean-sur-Richelieu. Voici très brièvement des notes biographiques sur ce couple dévoué.

M. Gustave Signori

Naît à Saint-Blaise le 23 mai 1899. Il commence sa carrière comme professeur en 1923 à Montréal. En 1936, il est professeur à l’École normale de Saint-Jean et prendra sa retraite en 1964 après avoir occupé d’autres postes de professeur et de directeur, toujours dans le domaine de l’enseignement. Ses nombreuses implications prouvent son attachement à la société québécoise et à ses idéaux. Membre fondateur de la Société d’histoire du Haut-Richelieu, de la Caisse populaire Saint-Edmond et de la Commission scolaire de Saint-Jean, dont il fut le premier président.

Membre de la Société Saint-Vincent-de-Paul, de la Fédération des Oeuvres de charité du diocèse de Saint-Jean, du Prêt d’honneur, d’Amnistie internationale, de la chorale du Choeur de Saint-Jean et marguillier.

En 1944, il se porte candidat au Bloc populaire. Membre de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, membre fondateur de la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Saint-Jean (devenue la SNQ   Richelieu-Saint-Laurent en 1979), dont il assure la présidence en 1960 et 1961, et membre du conseil d’administration de la section Saint-Eugène.

Mme Marie-Anne Pelchat

Naît en 1904 à Saint-Marguerite, comté de Dorchester. Tout comme son mari, elle contribue activement à la vie de sa communauté. Membre fondatrice du Comité féminin de la SSJB du diocèse de Saint-Jean, elle assure la présidence durant douze ans. Elle fonde également les sections féminines des paroisses Saint-Edmond et Saint-Eugène. Membre fondatrice du Cercle d’économie domestique des paroisses Saint-Edmond et Saint-Eugène.

Membre des Dames auxiliatrices de l’hôpital de Saint-Jean, des Dames de Sainte-Anne, du Tiers Ordre franciscain de Saint-Edmond et de la chorale de Saint-Jean.

Il était tout naturel que ce soit le nom des Signori que l’on donne à notre siège social en regard de leur apport à la Société nationale et pour leur très grande implication à plusieurs niveaux dans la vie de Saint-Jean-sur-Richelieu. 

 

 


Solution Web PME, propulsé par Megavolt